Choix difficile dans une démocratie représentative

peuple et representants du peupleA chaque élection, se pose la question de son choix politique a travers les promesses électorales qui ne seront que partiellement tenu, le programme politique qui sera réellement appliqué le plus probablement et le candidat de votre région qui représentera ce parti.

Le nombre de paramètres est assez énorme entre l’économie, la santé, l’éducation, l’environnement, la fiscalité, la sécurité, le social, la politique étrangère et l’immigration, la constitution … Puis la compétence et la crédibilité pour appliquer correctement et efficacement ce programme. Ensuite, la compétence du candidat local qui représente ce parti. Enfin le candidat qui a une chance raisonnable d’être élu. A quoi bon voter pour un candidat qui n’a aucune chance dans les sondages récents ? Voter VERT c’est bien moralement pour l’environnement mais dans la pratique ça fait pas une grosse différence avec l’abstention ou le vote Blanc quand ils font moins de 8% avec un vote majoritaire au Canada a un seul tour. Une fois qu’on est convaincu que son candidat est bien le meilleur suivant nos propres critères et analyse, on peut souhaiter l’aider comme militant bénévole et inciter ses voisins a voter aussi pour lui.

Lire la suite

Publicités

Election d’un candidat du Parti Liberal du Canada

Quand Stéphane Dion a lancé la coalition avec le NPD  (Nouveau Parti Démocratique) pour renverser le gouvernement conservateur de Harper Junior je me suis inscrit au Parti Libéral Canadien. Ce dimanche j’ai voté pour élire le prochain candidat officiel du Parti Libéral pour la circonscription Jeanne Le Ber. Parmi les quatre candidats je connaissais le nom de Mark Bruneau qui s’était présenté a la course a l’investiture liberale pour la précédente élection fédérale et l’avait perdue face a un candidat plutôt insignifiant et libraire de profession. Ce Mark Bruneau a travaillé dans les technologies de l’information comme moi et a été vice-président de BCE. J‘allais voter pour ce candidat de qualité quand je découvre un jeune candidat d’origine italienne, Pascal Zamprelli.

Je décide de soutenir Pascal malgré son relatif jeune age et je le conseille un peu. Une personne très sympathique et qui a toutes les apparences d’une personne honnête et intègre qui travaille dans la communication et a étudié le droit pour concevoir des lois pour la politique. Il m’a semblé qu’il avait aussi le soutien du directeur de la circonscription et ça se sentait au niveau de son organisation avec pancarte et badge sur ses partisans Votez Pascal. Avant et après chaque petit discours des 4 candidats on entendait les encouragements de ses supporters et le volume sonore donnait une indication très approximative de leur nombre. J’ai ainsi pu estimer correctement le vainqueur de cette élection (Mark Bruneau) et le malheureux second avant même le vote effectif et l’annonce du résultat. Lire la suite

Charest sourit, Marois reste, Dion et Dumont quitte

Nous avons eu hier une actualité politique très riche au Québec. Le Parti Libéral et son chef Jean Charest viennent de réussir de justesse à avoir un gouvernement majoritaire avec 66 sur 125 députés et une participation trés faible. Le PQ profite comme le PLQ de la descente du parti de l’ADQ avec 17% de suffrage éxprimé et seulement 7 députés.  Le Parti Québécois redevient le Parti de l’opposition officielle avec 51 députés et consacre la Marois. Avons nous mérité de voir encore sa face après tout le mal qu’elle a fait en santé et dans les finances de l’état ? Mario Dumont lui quitte la scène politique après 20 ans dedans. On peut comprendre sa décision quand on voit contre qui il perd. Il a beau les féliciter, et s’auto-congratuler c’est pas fameux avec de tels protagonistes. Les électeurs eux ont boudé les urnes à 43% avec un tel choix offert malgré des enjeux économiques majeur. C’est vrai les leaders politiques ne sont pas toujours à la hauteur mais les journalistes souvent non plus quand ils parlent de détails, d’images, de « combat de boxe ». Que voulez vous avec 7 millions de québécois, autant que l’état de Virginie, le bassin de talent n’est pas énorme.

Lire la suite

Un grand Duceppe

Hier soir, j’ai regardé l’émission politique de Radio-Canada en direct via son site web puisque je n’ai plus de TV depuis 6 ans. Cette soirée médiatique a été de bonne qualité dans l’ensemble avec essentiellement un bon animateur, un très bon journaliste sénior a Ottawa (Daniel Lessard), 2 analystes politiques correct et 1 expert en constitution.

Le 1er ministre canadien actuel, M.Harper, s’est exprimé dans un clip de 6 minutes pour expliquer la situation et ce qu’il comptait faire.  Le Harper pyromane qui fait peur a ici montré un visage plus calme, conciliant et mesuré. Comme acteur, il n’est pas mauvais bien que sa diction en français n’est pas parfaite. Comme jeune leader politique de 49 ans, il est plutôt combattif et rusé. Comme chef d’état, il n’est tout simplement pas à la hauteur pour un pays du G7 qui va traverser une crise économique majeur et qui déclenche une grave crise politique par manque de clairvoyance et calcul partisan. Et cadeau une citation mensongère du jeune pyromane :

Les partis d’opposition n’ont pas le droit démocratique d’imposer une coalition avec les souverainistes.
Stephen Harper

Lire la suite

Le discours de Stéphane Dion

Le discours intégral de Stéphane Dion ( 3 décembre 2008 )

Le Canada est aux prises avec les répercussions que pourrait avoir la crise économique mondiale. Notre économie est au bord d’une récession. Les Canadiens ont peur de perdre leur emploi, leur maison et leurs économies. Chaque économiste au pays prédit des pertes d’emplois de plus en plus nombreuses et des déficits de plus en plus lourds au cours des prochaines années.

Le gouvernement fédéral a le devoir d’agir et d’aider les Canadiens à traverser ces temps difficiles.

Stephen Harper refuse toujours de proposer des mesures pour stimuler l’économie canadienne. Le mini-budget qu’il a présenté la semaine dernière démontre que sa priorité est la partisanerie et le règlement de ses comptes idéologiques.

Les conservateurs de Stephen Harper ont perdu la confiance de la majorité des députés à la Chambre des communes. Dans notre système démocratique, dans notre régime parlementaire, selon notre Constitution, cela signifie qu’ils ont perdu le droit de gouverner.

PAS D’AUTRES ÉLECTIONS

Lire la suite

Crise politique au Canada et myopie des médias français

A part deux messages de l’AFP dans le journal du Figaro, je n’ai rien vu dans l’actualité française (presse et JT) au sujet de cette crise politique majeure au Canada. Je comprend bien que le Canada n’occupe pas la place des États-Unis mais cet écart de traitement avec l’élection américaine du démocrate Obama me choque et me surprend. En effet, le Canada fait partie du G7 et a lancé des accords de coopération étendu avec l’Europe. De plus, le Québec est majoritairement francophone ce qui laisse des possibilités aux médias français de reprendre facilement des textes et vidéo francophones.

Cette crise politique a Ottawa est tout a fait exceptionnel et spéctaculaire. Pourtant rien sur les médias français jusqu’à date. Est qu’ils attendent que cette coalition ait effectivement pris le pouvoir pour parler de cette actualité ? Je le crains.

J’espère qu’au niveau politique français, ils suivent cette affaire qui pourrait amener un nouveau 1er ministre canadien qui aurra une politique radicalement différente de celle de l’équipe conservateur de M.Harper, tant au niveau de la relance économique que sur l’environnement. M.Dion actuel leader du Parti Libéral et probable 1er ministre canadien intérimaire avait lancé il y a 3 mois une campagne « Le Tournant Vert » qui n’a pas eu un bon accueil parmi les électeurs canadiens avec la crise économique mondiale naissante.

Crise à Ottawa – Le pouvoir à trois

Le chef du Parti libéral du Canada, Stéphane Dion, le chef du Nouveau Parti démocratique, Jack Layton, et le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, ont signé une entente en fin d’après-midi, lundi, au Parlement d’Ottawa, sur la composition d’un éventuel gouvernement de coalition qui succéderait aux conservateurs de Stephen Harper.

Le Bloc québécois s’engagerait à ne pas défaire le gouvernement de coalition avant la fin juin 2010, donc durant 19 mois. Les néo-démocrates et les libéraux, eux, seraient solidaires jusqu’à la fin juin 2011.

Lire la suite

Stabilité d’un gouvernement de coalition

Après 6 semaines d’une élection fédérale qui aura couté 300 millions de $ aux contribuables canadiens, voici que le nouveau gouvernement minoritaire conservateur de M.Harper est sur le point de tomber. S’il tombe effectivement, la gouverneur générale devra regarder la stabilité d’un gouvernement de coalition versus un nouveau gouvernement (via de nouvelles élections) probablement encore minoritaire et conservateur avec 300 millions de $ et un mois de perdu supplémentaire dans un contexte de récession mondiale. Il est clair que si les conditions de stabilité sont garanties, cette 1ere solution présente beaucoup d’avantages dont celui de faire un précédent pour un gouvernement minoritaire qui se comporte comme s’il était majoritaire. La crise économique est une opportunité pour des réformes dans l’intérêt du pays et pas dans l’intérêt uniquement d’un parti au pouvoir. Le discours officiel conservateur est assez pitoyable de mauvaise foi. A ce niveau, c’est une insulte à notre intelligence de citoyens canadiens. La sanction sera salutaire.

Je vous conseille de lire cet article du Devoir qui donne plusieurs informations très intéressantes.

Le Canada en crise

les discussions entre les trois partis d’opposition portent avant tout sur une lettre d’entente devant être soumise à la gouverneure générale, Michaëlle Jean, en cas de chute du gouvernement dans les prochains jours.

Lire la suite

L’opposition devrait renverser le gouvernement minoritaire

layton dion duceppe

Les choses vont vite et se précise depuis hier. Un véritable coup de tonnerre politique !

L’opposition se prépare à défaire gouvernement

Au lendemain de la présentation controversée de la mise à jour économique du ministre des Finances, Jim Flaherty, les partis d’opposition de décolèrent pas.

Les libéraux déposeraient lundi une série de motions aux Communes, dont une de défiance à l’encontre du gouvernement minoritaire de Stephen Harper.

La motion de défiance, qui a l’appui du Bloc québécois et du Nouveau Parti démocratique, propose la formation d’un nouveau gouvernement de coalition pour diriger le pays.

Lire la suite

L’équipe Harper, un club d’amateur ?

harper_flaherty
Hier soir, je m’interrogeais sur les intentions cachées du ministre des finances et de Harper avec ce budget d’austérité en temps de récession mondiale et ce vote de confiance. Ce matin un journaliste de la Presse, Alain Dubuc, reflète bien ma pensée avec son article:

Est-ce qu’ils sont tombés sur la tête?

Le gouvernement Harper avait multiplié les messages pour prévenir que son énoncé économique et financier ne proposerait pas de grandes mesures pour stimuler notre économie, malmenée par la crise mondiale. Mais on reste quand même pantois quand on le voit, noir sur blanc, dans le document déposé hier par le ministre des Finances, Jim Flaherty.

Lire la suite