iatrogénèse : soins médicaux néfastes ou mortels

En 2016, le médecin que j’ai vu a 4 reprises a bien failli me tuer avec sa prescription d’un psychotrope (Seroquel) pour m’aider au sevrage d’un anxiolytique (Xanax) pris régulièrement depuis 3 mois. Il y a des dealer de drogue (Cocaïne, Héroïne…) qui gagnent beaucoup d’argent mais risque la prison et d’autres comme les médecins et pharmaciens qui vendent massivement et industriellement ces drogues légales en tout impunité et une bonne presse dans les media.
Je suis certain que la prescription abusive de ces psychotropes et anxiolytiques fait plus de victimes que les toxicomanes et les victimes du terrorisme réuni. La souffrance qu’elle occasionne est encore plus grande. D’après un documentaire français, j’ai vu des médecins eux-mêmes intoxiqué qui finissent par se suicider.

C’est un véritable scandale mais pratiquement aucun documentaire ou film en parle. Ce qui revient c’est sur la dépression ou le « burn-out » mais rien sur les troubles du stress, de l’anxiete, de l’insomnie pour les lesquels les médecins dealer prescrivent ces drogues. J’ai longtemps avalé le discours du medecin « compétent ». Je sais aujourd’hui qu’il y a de nombreux apprentis sorciers qu’il vaut mieux eviter quand ils ne sont pas compétents pour votre problématique. A vous de bien évaluer votre thérapeute et ses traitements. Lire la suite

Publicités

Erreurs médicales : 3e cause de mortalité

Pour les petits soucis de santé, ces statistiques officielles nous incitent a se soigner davantage avec les plantes médicinales, quitte a consulter un naturopathe expérimenté et attentif (60min). La visite de 5 min chez le médecin débordé je m’en méfie comme de l’infirmière fatiguée a l’hôpital.

Les erreurs médicales à l’hôpital, cause majeure de mortalité

Les erreurs médicales constitueraient la troisième cause de décès aux États-Unis, derrière les maladies cardio-vasculaires et les cancers. C’est le constat auquel parviennent deux médecins américains, Martin Makary et Michael Daniel, tous deux du service de chirurgie de l’université Johns-Hopkins à Baltimore. Pour parvenir à ce classement, ils ont effectué un calcul, en appliquant aux données d’hospitalisation dans leur pays en 2013 – un peu plus de 35 millions d’admissions – le pourcentage d’événements indésirables mortels évitables dans des études antérieures, remontant parfois à la période 2000-2002. C’est ainsi qu’ils en concluent que les erreurs médicales sont à l’origine de 251 000 morts par an.

Lire la suite

Clinique Angus: secrétaire souriante mais service médiocre

Le jour de l’accident ( rappel: Accident de vélo avec une portière auto)
L’infirmière me dit qu’elle met une attelle temporaire et qu’il y a des frais de 40$. Je la referai plus tard car elle était trop serré et mal mise ce qui a sans doute participe avec le choc a me faire un gros hématome. Le médecin me donne une prescription pour un orthopédiste et il me dit qu’on m’appellera dans 2 jours. Je suis impressionné par ce service, la modernité du lieu et le sourire des secrétaires mais personne ne m’appellera excepté 2 semaines plus tard. La secrétaire me dit au téléphone que l’orthopédiste a écrit des consignes pour le médecin et qu’il les suivra. Elle me donne donc un RdV pour le début de la semaine prochaine a 14h.

3 semaines après
J’attend 100 minutes avant d’entrevoir rapidement le docteur Locas. Il m’a juste demandé si j’avais mal et ne m’a même pas examiné. Il me dit que pour une fracture du radius avant c’est 1 mois et qu’il faudra revenir dans 1 semaine.  Lire la suite

URGENCES hôpitaux de Montreal: de 15 a 20h d’attente!

Les temps d’attente pour les services d’URGENCE des hôpitaux de Montréal, en moyenne de 15 à 20 heures, sont inacceptables !

Malgré les promesses du ministère de la Santé, qui s’est engagé dernièrement à améliorer la situation dans les urgences de Montréal en 2011 et 2012, le portrait global demeure préoccupant. Les taux d’occupation se situent autour de 145 % dans la région de Montréal. De plus, dans la plupart des urgences, il n’y a qu’un seul médecin la nuit. (source)

A l’urgence d’un hôpital, il y a une infirmière au triage qui examinent brièvement  différents patients en attente pour leur attribuer un niveau de priorité. Dans l’article on apprend qu’une patiente avec une cheville fracturée et gonflée a entendu 18h pour voir un médecin.

Le ministre actuel de la sante Yves Bolduc, est un médecin. Je le mettrai de garde la nuit dans les hôpitaux qui n’ont qu’un seul médecin la nuit et je prendrai un gestionnaire talentueux comme ministre de la sante. Comme assistante de nuit au médecin Bolduc, je lui assignerai la Pauline Marois qui a fait du zèle pour que les universités limitent les places d’infirmières quand elle était ministre de la sante sous le gouvernement PQ de Lucien Bouchard. Et comme assistant brancardier, Jean Charest qui avait promis un changement dans les listes d’attentes des les premières heures, jours de son élection en 2003! Lire la suite

Cancer: 6h d’operation chirurgical en France

Dans les média de masse on entend parler surtout des catastrophes, des guerres, des politiciens corrompus ou des crimes de sang. C’est en rapport avec l’audimat et ce qui attire l’attention des gens. Pour contrebalancer cette avalanche de mauvaises nouvelles, les média parlent ensuite souvent de sport ou de cinéma. Ce contraste est parfois un peu choquant ou obscène.

Aujourd’hui j’ai envie de parler des chirurgiens et médecins en France. Ma tante a un cancer du colon et elle a reçu des soins et un service de haute qualité qu’elle ne pourrait pas se payer aux USA a moins d’hypothéquer complètement son appartement.

Lire la suite

L’accord France-Quebec est ralenti au Quebec pour la sante !

Le Québec a gagné deux fois plus de médecins qu’il n’en a perdus au profit de la France depuis l’entrée en vigueur de l’entente sur la mobilité de la main-d’œuvre, il y a un an. On est loin, pour l’instant, du déficit que certains appréhendaient. Des médecins français dénoncent toutefois les obstacles auxquels ils se heurtent dans le processus de reconnaissance de leurs compétences.

D’après des données toutes fraîches obtenues par La Presse, 15 médecins français – 7 spécialistes et 8 généralistes – ont obtenu un permis de pratique au Québec au cours de la dernière année. Douze travaillent dans des établissements à l’heure actuelle, estime le Collège des médecins. De son côté, le Conseil national de l’Ordre des médecins de France a indiqué que, en date du 8 janvier, six médecins québécois ont obtenu un permis. Il n’a pu préciser s’ils travaillent en France en ce moment ni combien de Québécois ont soumis une demande jusqu’à présent. (source) Lire la suite

Comédie sécuritaire au Canada

J’en ai marre de certains aspects du Québec et je le dis haut et fort ! Je lâche mon coup de gueule et en public.

Je devais écrire un article pour une reconnaissance récente de métiers entre la France et le Québec. Aux immigrants français qui désirent faire le saut avec une situation française parfois délicate avec le chômage ou un président médiocre comme Sarkozyzy  je leur dit que tout n’est pas rose ici loin de là avec une pénurie criante de médecins et une éducation au collège public assez médiocre.

26 métiers reconnus

Le PM Jean Charest et la Consule générale de France à Québec, Hélène Le Gal, ont signé jeudi à Québec une entente officialisant la reconnaissance mutuelle de 26 métiers et professions entre les deux pays.

Cet accord permettra d’accélérer le traitement des demandes d’immigration des Français exerçant l’un de ces métiers ou profession. Et la France rendra la pareille aux Québécois qui voudraient traverser l’Atlantique dans l’autre sens. L’entente devrait par ailleurs permettre aux immigrants de décrocher plus facilement un emploi correspondant à leurs qualifications.

Le Québec espère pour sa part que cet accord lui permettra de prévenir la pénurie de main-d’œuvre dans plusieurs secteurs : opticien d’ordonnances, plombier, boucher, soudeur, plâtrier ou encore, mécanicien. Lire la suite

le statut des infirmières au Québec se dégrade

Secteur public et parapublic : Les infirmières claquent la porte

La Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) a annoncé vendredi soir qu’elle quittait la table des négociations en vue du renouvellement de leur convention collective.

La présidente de la FIQ, Régine Laurent, accuse le gouvernement de vouloir faire de nouvelles économies sur le dos des infirmières. « Il veut récupérer dans nos conditions de travail, dans les congés, il veut par exemple, on a des congés de maladie, et il veut les diminuer », dit-elle.

Autre pomme de discorde, près de la moitié des infirmières n’ont pas de postes à plein temps et celles qui veulent des horaires décents s’engagent de plus en plus auprès d’agences de placement privées. La FIQ propose d’interdire aux hôpitaux de combler leurs effectifs en recourant à ces agences, mais le gouvernement refuserait d’en discuter.

« Le ministère de la Santé nous dit que ça lui coûte 18 % plus cher. Donc, pourquoi ne pas les ramener dans le secteur public? Et ça se fait ailleurs, par exemple l’Ontario », dit-elle.

Plus tôt, dans un communiqué, la FIQ a accusé le gouvernement de faire preuve « d’indécence » dans les pourparlers et de ne proposer que « la dégradation pure et simple des conditions de travail » de ses membres. « La Fédération ne sera pas complice du gouvernement du Québec qui laisse carrément tomber les professionnelles en soins et, par le fait même, le réseau de la santé publique », affirme Régine Laurent.

Mme Laurent soupçonne les libéraux de Jean Charest de vouloir privatiser davantage le système de santé.

La FIQ représente 58 000 membres, soit la grande majorité des professionnelles en soins infirmiers et cardiorespiratoires travaillant dans les établissements publics du Québec.

Lire la suite

Grêve des infirmières pour leur condition de travail

Les infirmières lancent un cri du coeur

Samedi, les équipes de soir et de nuit ont refusé de travailler pour protester contre leurs conditions de travail. Mercredi, un infirmier des soins intensifs a vivement déploré la situation dans La Presse. Il a dénoncé les dix heures supplémentaires qu’il a dû faire cette journée-là, qui ont porté sa journée de travail à 18 heures.

Selon Régine Laurent, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), cet exemple est loin d’être isolé. « Malheureusement, c’est une situation qui n’est pas exceptionnelle. C’est une situation qui perdure depuis des années ».

Lire la suite

Les chiens sont mieux soignés en France que ne le sont les humains au Canada

C’est la réflexion que je me suis faite en regardant un reportage sur le CHU vétérinaire (Centre Hospitalier Universitaire) de Maisons-Alfort en France.

Un centre de soins intensifs en prime

Sur 3.700 m² au total, la nouvelle structure abrite dix-huit salles de consultation, douze consacrées à la chirurgie, quatre d’échographie, trois de radiologie dotées pour l’occasion d’équipements flambant neufs et deux d’endoscopie. À quoi s’ajoute une grande nouveauté : un centre de soins intensifs, qui permet d’accueillir des animaux nécessitant des soins lourds et continus, et qui, en prime, donne la priorité à la gestion de la douleur.  source

Durant les vacances de Noël et du nouvel an, j’ai passé 2 semaines a Paris ou j’ai pu profiter de la gastronomie française mais aussi de la télévision française. Mon titre est un peu provocateur mais si vous connaissiez la situation des urgences dans les hôpitaux au Québec et en particulier dans la région de Montréal, nul doute que vous auriez réagi pareillement en visionnant ce documentaire.

Alors ce système de santé publique « gratuit » au Canada fais l’envie des américains sans le sous pour s’offrir une assurance privée mais comme franco-canadien j’ai un gout amer dans la bouche tant il nous coute relativement cher en impôts pour un service de médiocre qualité digne d’un pays de l’ex-URSS. Pas beaucoup de droits du patient. Au lieu de batailler autant sur les droits et libertés individuelles du canadien pour porter par exemple un voile sur la tête,  les gouvernements canadiens successifs feraient bien de batailler davantage pour mieux soigner la tête et le corps de leur concitoyens et electeurs. Au lieu de cela, je vois des ex-responsables canadiens se flataient de la situation sanitaire canadienne par rapport au voisin du sud.

Oh Canada …