Jean Bricmont défend les gilets jaunes

Jean Bricmont est un physicien et essayiste belge, professeur émérite de physique théorique. Proche de Noam Chomsky, il milite d’une part contre les dérives postmodernistes et d’autre part contre les restrictions à la liberté d’expression en France. En 1997, il a écrit  avec Alan Sokal, Impostures intellectuelles . Ce n’est pas un philosophe mais il raisonne très bien et son expression est claire. Ça fait du bien de l’entendre. Il me réconcilie avec l’intelligence humaine. Malheureusement ce grand penseur n’est pas invité dans les media de masse français. Lire la suite

Publicités

Migration de remplacement

Officiellement il n’y a pas de statistique ethnique en France (interdit depuis qq années) mais ce journaliste Laurent Obertone aurait trouvé ses données. Il donne ses sources dans son livre La France interdite (2018).
Sujet hautement polémique avec la théorie du grand remplacement.

Lire la suite

Le business de l’immigration

Quand on parle du business de l’immigration on pense aux passeurs (mafia) qui font payer très cher la traversée de la méditerranéenne ou aux compagnies qui emploient au noir et payent moins cher cette main d’œuvre. Avec ce documentaire, on voit un business légal celui de l’aide judiciaire aux migrants et des prisons privées aux USA. Au lieu de leur verser une aide sociale, l’état americain doit payer ces places carcérales privées. Ces entreprises pour maximiser leur profit cherchent a soutirer de l’argent a ces immigrants illégaux pour les frais de justice et de détention sinon ils sont mal nourri et puni de visite.
Lire la suite

De l’intelligence, la complexité et des bugs

Plus un programme est complexe et long, plus il est susceptible d’avoir des bugs. On peut généraliser, extrapoler a la voiture moderne bardée d’électronique et a l’intelligence humaine.
Est ce que ces bugs, ces erreurs peuvent être nuisible voir mortel. Oui mais il faut peser le poids des avantages et le poids de ces bugs pour l’utilisateur final. Je dirais que toute complexité, intelligence n’est pas forcement bonne a prendre sur le long terme, comme le « progrès » technique qu’on nous a vendu. Il faut se demander quel progrès pour quelle durée et pour qui.

Jeune j’étais progressiste et pro-technologie. Je m’aperçois avec l’age que je me suis trompe avec mon optimisme et je me suis fait partiellement enfumé, avoir avec le discours politique et intellectuel dominant qu’il soit scolarisé, imprimé ou médiatisé. Je ne suis pas conservateur ni croyant non plus mais aujourd’hui j’évite les illusions du progrès humain, je réfléchis mieux par moi-même et moins influencé par le politiquement correct, la propagande et l’aliénation de nos sociétés modernes. Ça prend du temps pour se détacher, s’émanciper, se libérer de cette culture parfois trompeuse et c’est douloureux cette prise de conscience avec ces zones d’ombre de l’humanité qui me font pencher parfois vers le cote misanthrope mème si on a aussi le plaisir intellectuel de comprendre ce qui se passe et d’apprécier le génie humain.

Lire la suite

Mesure des inégalités: coefficient de Gini

Le coefficient de Gini est une mesure statistique de la dispersion d’une distribution dans une population, développée par le statisticien italien Corrado Gini. Le coefficient de Gini est un nombre variant de 0 à 1, où 0 signifie l’égalité parfaite et 1 signifie une inégalité maximum (1 personne a tout). Ce coefficient est très utilisé pour mesurer l’inégalité des revenus (ou de patrimoine) dans un pays. Lire la suite

Molière l’auteur imaginaire

Excellent documentaire bien argumenté sur le comédien Molière et l’écrivain Pierre Corneille. Grâce a un poète érudit en littérature du 17e siècle (Pierre Louÿs), des historiens et une analyse syntaxique et statistique informatique, voici une imposture démasquée. Molière n’avait ni le temps ni le talent littéraire pour écrire lui-même ses meilleurs pièces de théâtre comme “Le Tartuffe”, “Le Misanthrope”, “Les Femmes savantes”, “L’Ecole des femmes” (en vers) et “Dom Juan”, “L’Avare”, “Le Bourgeois gentilhomme”, « Les Précieuses ridicules » (en prose). Une collaboration est établie entre les deux.
Jean-Baptiste Poquelin a choisi Molière comme prête-nom, issu du verbe molierer, signifiant «légitimer» en ancien français. Il avait l’appui du Roi qui lui permettait de contourner la censure mais ces nombreux textes qu’il a défendu lui ont valu des ennuis.

Réf. de livre :
Molière, ou, L’auteur imaginaire? (1990) Ville de Goyet et Wouters
Corneille dans l’ombre de Molière (2003) Dominique Labbé
L’affaire Molière, la grande supercherie littéraire (2004) Denis Boissier
Radio: L’affaire Corneille-Molière

L’ultra-violence de la mafia russe

J’utilise ce mot ultra-violence car le mot violence recouvre une variété d’intensité assez large dans les media. Je n’aime pas trop m’aventurer dans le cote si sombre de l’humanité mais il faut parfois élargir son spectre pour relativiser un peu les petites violences quelles soient physiques ou verbales pour que la sanction judiciaire soit plus proportionnel et mieux appliqué. Je suis agacé par toutes ces petites agressions sexuelles supposées de star qui font la une de nos media traditionnels.
J’ai vu un reportage choc 2017 assez écœurant qui m’a sidéré par la violence et cruauté de ces mafieux russes. Elle a commencé a se développer dans les années 80 en Russie avec l’économie de marché et l’enrichissement de commerçants. La méthode de racket était particulièrement violente. Ils frappaient violemment d’entrée leur victime et menacer leur vie s’ils ne payaient pas immédiatement une « taxe » (entre 20 et 50% du chiffre d’affaire). Ils prenaient un pauvre sans domicile fixe qu’ils habillaient et nourrissaient pour jouer plus tard un jeu macabre dans le but de faire peur aux riches commerçants russes.
Avec une police et un état en déconfiture a l’époque… il semble que leur principal risque c’était la guerre entre organisations criminelles concurrentes.

Lire la suite

L’enrichissement, la santé et la dépense annuel d’un état

Dans nos sociétés quand on veux mesurer l’activité économique ou la « production de richesse » on parle du PIB qui n’est en fait que la somme des dépenses annuels pour des biens et services payants d’un pays. Souvent les économistes parlent qu’il faut au moins 1 ou 2% de croissance du PIB pour diminuer le chômage. J’entends aussi des politiciens et entrepreneurs français parlaient du manque de personnel qualifié (ingénieur, informaticien, médecin …) ou non qualifié (souvent mal payé) pour le service aux personnes alors qu’il y a un taux élevé de chômeur en France. Sauf que ce PIB annuel n’équivaut pas l’enrichissement, la création de richesse durable même si la corrélation doit être relativement élevé.

Lire la suite