Actualité et réflexion réaliste

Je viens de lire un best seller « Etre bien dans sa peau » de David Burns qui m’a éclairé. Ce psychiatre americain parle de sa thérapie cognitive ( et comportementale ) pour guérir la dépression, l’anxiete et les troubles d’humeur. Très facile a lire et comprendre, ça a fait un déclic chez moi.

Il parle de la mauvaise habitude qu’on les gens anxieux ou déprimés de focaliser trop sur les erreurs, défauts et minimiser leur qualité, succès. Comme je le faisais et le fait les JT (Journaux Télévisés) qui focalisent trop sur les drames, les catastrophes … avec dramatisation pour l’audimat.

Il y parle de 10 dissonances cognitives +/- spontanées (a corriger) :

  1. Tout ou rien
  2. Généralisation a outrance
  3. Filtre (focus sur le négatif)
  4. Rejet du positif
  5. Conclusions hâtives :
    – interprétation indue ou erreur de prévision
  6. Exagération (dramatisation) et la minimisation
  7. Raisonnements émotifs
  8. Les « dois » et les « devrais »
  9. Étiquetage et les erreurs d’étiquetage
  10. Personnalisation (responsabilité indue)

Quand on lit ces erreurs individuelles, on se rend compte que bon nombre de journalistes et politiciens font plusieurs de ces « erreurs » de manière volontaire pour leur audimat ou popularité électorale (Front National, Front de gauche, Trump, etc …) ou de manière automatique et sincère.

J’avais écrit un article sur l’actualité positive mais je me rend compte que ce n’est pas la meilleure réponse a ces médias de masse « négatif » et anxiogène qui, avec l’internationalisation,  parlent aussi des catastrophes naturelles aux quatre coins du monde. 😀
Nous avons besoin d’une information réaliste et objective qui ne soit ni une dramatisation, ni une généralisation a outrance, ni un étiquetage +/- erroné, ni un raisonnement émotif et qui n’a pas de filtre ou de focalisation sur les drames. Oui ça serait sans doute moins spectaculaire mais ça ferait moins le jeu du terrorisme et ferait baisser la vente des psychotropes. Le magazine d’actualité hebdomadaire de la presse écrite (ou de la TV) a plus de recul et de temps pour faire ce travail sérieux d’information réaliste.

La pensée positive ça peut nous faire tomber dans un yo-yo (positif, négatif) et nous pousser a des objectifs irréalistes, trop ambitieux. Ni pessimiste ou optimiste mais soyons réaliste et humain ordinaire. Ça nous éviterait aussi de trop croire aux promesses électoralistes des politiciens en campagne, a l’homme providentiel et au Père Noël. 😀

Imaginez que la première traduction française de ce best seller US (Feeling Good 1980) date de 1985, il y a plus de 30 ans !
David Servan Schreiber , neuropsychiatre français, qui a vécu aux USA ne le cite même pas dans son livre Guérir (2003). C’est une sérieuse lacune dans un pays comme la France qui est le plus gros consommateur d’anxiolytique et d’antidépresseur.
Cette spécificité s’explique je pense par un sens de la critique négative trop développé et des objectifs élevés de réussite sociale +/- apparentes ( diplômes, poste, aisance financière, luxe, voyages etc … ) C’est une dissonance cognitive et culturelle française que j’ai mieux perçu en m’expatriant au Québec.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s