Brutalité policière ignorée par un juge de la cour du Québec

arrestation Anne-Marie PeladeauLes deux policiers, accusés d’avoir utilisé une force excessive lors de l’arrestation d’Anne-Marie Péladeau en octobre 2005, ont été acquittés de toutes les accusations qui pesaient contre eux, au palais de justice de Montréal.

La Cour a donné raison aux deux policiers Roberto Sforza et Fabio-Nicola Cavaliere qui soutenaient avoir procédé à l’arrestation d’Anne-Marie Péladeau dans les règles de l’art. L’agent Roberto Sforza, 39 ans, était accusé de voies de fait armées et voies de fait causant des blessures, tandis que son coéquipier Fabio-Nicola Cavaliere, 32 ans, faisait face à une accusation de voies de fait simple.

Le juge de la Cour du Québec Martin Vauclair a indiqué qu’il n’accordait aucune crédibilité au témoignage de la présumée victime Anne-Marie Péladeau. (source mai 2008)

Quand on a vu la scène de l’arrestation musclée, c’est si consternant ce jugement que ça devient grotesque et ridicule. 😆

Les policiers violents peuvent dormir tranquille au Québec, il y a des juges québécois très tolérants et compréhensibles.

Le Comité de déontologie policière a sanctionné trois policiers du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) relativement à l’affaire Anne-Marie Péladeau.

Près de neuf ans après les faits, le tribunal indépendant et spécialisé a jugé « dérogatoire » le comportement des agents Roberto Sforza, Mike Mezzacappa et Lo Dico lors de l’arrestation musclée de Mme Péladeau et d’Éric Kennedy qui avait fait couler beaucoup d’encre à l’époque puisqu’elle avait été filmée par une caméra de TVA.

Le comité reproche à l’agent Sforza d’avoir contrevenu au code de déontologie en donnant une poussée vigoureuse sur l’épaule de Mme Péladeau lorsqu’il a voulu la faire entrer dans l’auto de police après son arrestation. La suspecte s’était alors frappé la tête contre le cadre de la portière. Selon le comité, cette mesure « inutile et excessive (…) constituait un abus d’autorité ». (source juillet 2014)

Tres probablement que si la scène n’avait pas été filmée, le comité de la SPVM n’aurait pas donné de crédibilité a la version des victimes et aurait soutenu a fond ses policiers (corporatisme et loi du silence). En attendant 9 ans après les faits, on attend encore des pénalités a ces policiers violents. Il est fort probable qu’ils n’auront aucun désagrément notable: c’est vraiment cool pour eux. 😆

Reste a espérer, que ce comportement brutal ne représente qu’un très faible pourcentage parmi toutes les arrestations policières délicates mais sans un organisme de contrôle vraiment indépendant, c’est assez difficile de le savoir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s