Les fausses démocraties en Russie et ailleurs

Avec les élections en Russie, ses fraudes électorales (1) et son opposition sélectionnée, peux t’on encore parler de démocratie?  Nous pouvons généraliser ce débat avec d’autres nations comme la république de Chine, l’Iran, la Corée du nord, Cuba, etc … Un régime autoritaire qu’il soit communiste ou ultra-conservateur limite le droit démocratique a sa population d’une façon plus ou moins astucieuse.

« opposition molle »
Par exemple, on  peux sélectionner les candidats de l’opposition. Partant de la qui empêche le pouvoir de sélectionner les candidats ayant peu de probabilité de battre le candidat officiel du pouvoir en place.

L’autre volet c’est de contrôler l’information avec un (ou des) média officiel(s). On peut diffuser sa propagande et intoxiquer sa population comme en Libye pendant 40 ans. 

Plus surprenant, ce que nous dit Daniel Psenny dans son article du Monde sur le livre d’Augustin Scalbert, La Voix de son maître ? France Inter et le pouvoir politique, 1963-2012.

Inaugurée le 14 décembre 1963 par le général de Gaulle, la Maison de la radio, qui abrite les radios de service public (dont France Inter), a longtemps été considérée comme « la voix de la France ». Dans son discours inaugural, le Général n’avait d’ailleurs pas hésité à affirmer que la Radiodiffusion-télévision française (la RTF) de l’époque avait « une responsabilité nationale » et devait être clairement un instrument de propagande.

Le poids de ce média officiel est d’autant plus important que les autres média sont interdit dans un régime autoritaire ou une fausse démocratie.

Déjà dans une vrai démocratie dite représentative on choisit bien souvent un seul candidat pour déterminer toute la politique de son pays. Hors on peut tres bien ne pas être par exemple en désaccord avec la politique étrangère d’un candidat et l’être pour assez pour les autres aspects.

Aux USA, c’est une vrai démocratie dite représentative mais le choix est souvent limite a deux candidats, celui en poste et celui dans l’opposition, entre républicain ou démocrate. Avec leur système fédéraliste  ils votent aussi pour leur état et les canadiens votent pour leur province. Ca donne une certaine souplesse politique mais alourdit aussi le système et les coûts avec deux élections et deux gouvernements.

Avec l’informatique, pourquoi ne pas faire une seul vote mais avec plusieurs questions. Les sondages politiques le font deja d’ailleurs et les partis politiques les utilisent mais il faudrait une sorte de QCM qui donne un cadre plus précis au gouvernement élu. Oui un représentant qui applique sa politique mais davantage définit dans notre vote. Et s’il ne représente plus ces choix et bien il perd sa légitimité de représentant politique.

De toute manière avec la majorité de crétins et la qualité souvent médiocre des média de masse, je ne me fais pas trop d’illusion sur une démocratie renforcée. Pour qu’une démocratie renforcée soit de haute qualité, il faut des média de masse de haute qualité regarde par une population majoritairement bien éduqué et relativement intelligente. Et sans oublier bien sur d’avoir des candidats de grande qualité sans quoi on arrive a un dirigeant élu démocratiquement mais médiocre…

Il y aussi Ces malades qui nous gouvernent.

Et puis il faudrait parler aussi des démocraties qu’on bafoue avec des lobbys puissants et influents, des fraudes électorales ou des candidats recrutés et financés par des hommes d’affaires comme par exemple au Québec entre Paul Desmarais et le chef du CAQ, François Legault. Ce même Paul Desmarais qui aurait financé la campagne électorale française de Sarkozyzy en 2007.


1:

source Liberation

Les observateurs dépêchés par l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) confirment les fraudes : «Le processus s’est détérioré lors du décompte des voix et a été évalué négativement (par l’OSCE) dans près d’un tiers des bureaux de vote en raison d’irrégularités de procédures.» La campagne a de plus été «clairement biaisée en faveur d’un des candidats», assène l’institution.

Le détail des la répartition des suffrages est riche d’enseignements. Où l’on voit que Poutine a recueilli le modeste score de 99,76% des voix en Tchétchénie. Records aussi dans les autres républiques du Caucase russe : 92% en Ingouchie, 92,8% au Daguestan et 91,36% en Karatchaevo-Tcherkessie…

A Moscou, Poutine a en revanche obtenu seulement 47% des suffrages, contre 68,6% à la présidentielle de 2004.

«Au final, ces élections paraissent tout aussi frauduleuses et injustes que les législatives (de décembre, ndlr). Les résultats réels de Poutine c’est environ 50% au national, 40% à Moscou», estime, sur Twitter, l’opposant Oleg Kozlovsky.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s