Le français et le langage québecois

Les politiciens du Parti Québécois veulent promouvoir le français. Mais leur français est il identique au français de France ou au français international prive des argots et expressions régionales ? Pas vraiment et je préfère parler du québécois pour être exact et aussi pour un peu agacer ces fiers québécois francophones.  Les deux langues se ressemblent a plus de 95% mais il y a des différences non négligeables.

Je suis marié a une québécoise qui me parlait d’une « trempette ». Quand je lui disais qu’en France on utilisait pas ce mot dans ce sens et qu’on parlerait plutôt d’une sauce cuit dans une mijoteuse (crockpot), elle ne me croyait pas persuadée qu’elle utilisait le correct mot français. Elle a étudié a l’université anglophone avec des parents francophones. Elle n’a donc pas beaucoup l’accent québécois qu’elle n’aime d’ailleurs pas .

– Non c’est du québécois !
Généralement elle ne me croit pas ou pense que c’est du parisien et je dois lui montrer le dictionnaire français. C’est qu’ils sont fiers et susceptibles ces québécois avec leur français qui n’en ai pas vraiment.

– Alors on  va pas dire tremper dans une mijoteuse ? avec un air moqueuse

– Si tu préfères dire « tremper dans une trempette », vas-y continue mais ce n’est pas l’usage en France et le dictionnaire français Larousse a indique que c’est au Québec qu’on parle de trempette pour parler de la sauce cuite dans la mijoteuse.

C’est bien sur un détail mais un détail quand même révélateur d’un certain état d’esprit. Ils sont convaincu de parler le français et pensent que vous parler vous un argot parisien. 😀 C’est vrai que dans le passé j’ai utilise des expressions populaires comme « vachement » ou « se mélanger les pinceaux » qui a fait rire ma québécoise. Au bout de dix ans, je commence a utiliser quelques expressions québécoises comme « magasiner » pour dire qu’on visite les magasins. Ce genre de raccourci est bien pratique : « Je vais magasiner » et plus court que je vais faire des achats dans les magasins.

Alors ne pensait pas que c’est une question de classe sociale. Bien sur les milieux modestes parlent un québécois plus prononcé et les universitaires parlent un québécois plus proche du français mais ils se trompent tout et souvent sans le savoir de ce que j’ai constate autour de moi. Vous avez même des dictionnaires québécois qui prétendent être des dictionnaires de français.

Quand a leur culture elle se résume a deux siècles d’histoire. Ça ne les empêche pas de défendre leur culture. On retrouve cette sorte de fierté patriotique chez nos voisins du sud : les américains qui accrochent leur drapeau un peu partout. :mrgreen:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s