Tragédie grecque: quel avenir pour l’Union Européenne?

C’est le sujet incontournable du moment et nul doute que peu liront cet article, noyé dans l’avalanche d’article issu des média de masse sur internet. Je vous cite un article d’un journal français Le nouvel Obs et vous livre quelques réflexions personnelles a chaud, pour cet événement hautement historique et tragique.

Grèce : avant la ruine, le référendum

LE PLUS. La décision du Premier ministre grec Georges Papandréou de soumettre le plan de sauvetage de son pays à référendum a sidéré les principaux dirigeants européens. Les Grecs vont enfin avoir l’occasion de décider de leur avenir : sortir ou non de la zone euro. Mais quelque soit leur choix, l’avenir du pays parait bien sombre.

Le Premier ministre Grec, Georges Papandréou a annoncé lundi qu’il soumettrait le plan de sauvetage de son pays accordé avec les 16 autres pays de l’eurozone à référendum. La nouvelle a sidéré les membres de son cabinet et l’opposition, déclenchant une crise ministérielle. Elle a aussi provoqué une colère bleue chez les chefs d’Etat de l’UE, qui s’étaient couchés à 4h du matin jeudi dernier pour arracher un accord, en prévision du sommet du G20 qui s’ouvre à Cannes jeudi. Les marchés financiers ont immédiatement réagi : – 5,38% à Paris, -4,94% à Francfort. -2,21% à Londres, -6,92% à Athènes et -2,79% pour l’index S&P 500 de New York.

Georges Papandréou à son arrivée au sommet de l'Union européenne le 27 octobre 2011.

A l’euphorie de la semaine dernière, ont succédé l’indignation et la dépression. Papandréou avait signé, comment ose-t-il revenir sur sa parole ? Les créanciers privés ont déjà accordé un pardon de 50% de leur créance. « Que veulent ces fainéants de Grecs ? 100% de remise, et puis quoi encore ? », répètent à l’envi les télévisions.

Que Papandréou n’ait pas consulté son cabinet avant d’annoncer le référendum est certainement difficile à comprendre pour quiconque a travaillé au sommet de l’Etat au pire d’une crise nationale. En revanche, qu’il n’ait pas annoncé à Merkel et Sarkozy ses intentions référendaires, avant de signer, ou après, relève soit du théâtre entre politiques, soit démontre le niveau de cœrcition dans lequel il était placé, et la notion de consentement qu’il aurait pu donner s’en trouve annihilée.

Le 1er ministre grecque n’a plus grand chose a perdre de plus et il joue un jeu tres dangereux pour l’Euro et l’Europe. Ce coup de poker et l’incompétence de ces prédécesseurs qui n’ont rien fait pour stopper un endettement public nous montre que les agences de cotation ont bien raison de dégrader la cote de certaines nations. Vu leur endettement federal colossal, les USA risquent fort de rejoindre tôt ou tard la Grèce, l’Espagne et l’Italie.

La démocratie est ne en Grèce il y a plusieurs siècles. Avec ce referendum qui arrive trop tard, le 1er ministre grec nous montre les inconvénients majeur d’un tel système quand il est mal utilise et dans un contexte international. Ce n’est pas seulement le capitalisme et l’avidité des banques d’affaires qui ici en proces mais aussi la démocratie représentative et le jeu des promesses électorales pour gagner les suffrages des citoyens électeurs qui veulent souvent le meilleur et le moins cher en impôt.

À la veille du sommet du G20 à Cannes, le premier ministre grec annonce que son référendum sur le plan de sauvetage de la Grèce devrait se tenir le 4 décembre et aura pour enjeu l’appartenance ou non du pays à la zone euro.

Il semble de ce que j’ai entendu dans un JT francais, qu’il n’y a pas de texte dans la constitution de l’UE pour quitter la zone Euro.

A mon avis, l’Union Européenne ne sera plus comme avant et il est possible qu’elle explose (effet domino) ou se recompose avec quelques pays plus solvable et solide financièrement. Avec l’élargissement rapide ça devenait plutot ingouvernable. Nous assistons a des événements historique majeurs avec probablement le début de la fin de l’UE. Cet échec revient au couple de dirigeant franco-allemand Sarkozyzy – Angela Merkel. Je ne donne pas un bel avenir pour la Grèce pour les 30 prochaines années.

Michel Santi nous parle de Europe : avant le point de rupture mais a mon avis il est deja trop tard. Nous avons atteint le point de non retour avec cette annonce publique de referendum grec après de tres longues discussions politiques pour trouver un accord a l’arrache. L’Union Européenne connaît une crise majeur et c’était previsible depuis 18 mois que dure ce problème de la  dette dette grecque.

Est ce que DSK aurait pu sauver la situation s’il n’avait pas été piégé aux États Unis avec cette grotesque affaire d’agression sexuelle et mis au secret / silence pendant 2 semaines par un juge américain ? En tous cas, c’est clair que sa remplaçante au FMI n’a pas ses compétences et sa perspicacité. Comme ministre de l’économie, elle s’était ridiculisé a mes yeux par ses déclarations optimistes en pleine crise boursière durant l’automne 2008.

Mise a jour du 10 novembre :

Assez spectaculaire et cocasse comment Papandréou a perdu rapidement son poste de 1er ministre grec.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s