Obama et l’abyssal endettement public US

Si Bush Junior est en grande partie responsable de l’explosion de l’endettement de l’état américain entre ses réductions massives de taxe pour les classes aisées, ses guerres impérialistes et sa lutte contre le terrorisme, son successeur Obama a commis avec son équipe gouvernementale ses propres erreurs.

Bien sur il hérite des nombreuses lourdes erreurs de l’équipe gouvernementale républicaine de Bush Junior mais il a commis une grosse erreur avec le rachat public de dettes privées qui ont plombe lourdement l’endettement federal US tout en créant un artificiel et temporaire rebond économique.

1 billion = 1 Milliard et 1 trillion = 1000 Milliards

Pour faire oublier ses mauvais résultats économiques, Obama surfe depuis quelque mois sur tout ce qui peut le remonter dans les sondages comme la capture et élimination de Ben Laden. Il prétend que Al Quaida est tres atteint par l’élimination de ses chefs. Il promet de retirer les troupes en Afghanistan d’ici 2014 et promet un retrait de 10.000 soldats cet été.

Au niveau environnemental, il y a eu la pire catastrophe de pollution de l’histoire des USA avec la plate forme pétrolière gérée par Shell.

Est ce qu’il mérite avec ce bilan tres mitigé d’être réélu en 2012 ?

Difficile de répondre sans connaître le candidat républicain. Ce qui est certain, c’est qu’il est loin de la performance d’un Roosevelt avec son New Deal et qu’il ne mérite pas, a mon avis, aucun prix Nobel pour la paix. Il ne faut pas se laisser endormir par une communication excellente, il faut regarder les faits et le bilan économique a moyen et long terme. L’avenir économique sera plombé pour tres longtemps par  les décisions économiques et militaires de l’équipe gouvernement de Bush Junior et celle de son successeur Barack Obama. Nous voyons ici les faiblesses d’un système de décision centralisé.Suite a l’ actualité financière et politique US, Michel Santi, analyste financier, vient d’écrire un article pessimiste au titre alarmiste, Juillet 2011 ou le début de la débâcle occidentale. Voici un long extrait  :

l’échec possible des négociations américaines sur l’augmentation du plafond de l’endettement fédéral provoquera immanquablement une ruée hors des Bons du Trésor US ! Ces obligations d’Etat américaines, Rolls Royce des emprunts souverains globaux qui étaient « la » valeur refuge suprême en cas de tourmentes, risquent donc de subir une liquéfaction de leurs valorisations si les politiciens de ce pays poursuivent leur surenchère tout aussi malsaine qu’inconsciente. Il va de soi que, dans cette hypothèse, c’est l’ensemble des actifs financiers internationaux qui seraient menacés d’implosion ! L’impact d’un tel séisme serait à l’évidence totalement dévastateur pour toutes les nations occidentales. En fait, l’existence même de cette menace – le fait même qu’elle soit envisageable – est d’ores et déjà catastrophique pour l’Occident en terme de confiance et de crédibilité et ce même si ce scénario catastrophique ne devait pas se concrétiser.

Car, du haut de leur boulimie dépensière et de leur politique se bornant à cacher la poussière sous le tapis en espérant qu’elle disparaisse des radars, nos pays dits « développés » prennent en otage le monde entier. Ne perdons pas le temps ou l’énergie d’évoquer – ou de rappeler – le ratio dettes / P.I.B. de l’Italie qui se situe à 119%, ni les 5.27% qu’elle se voit aujourd’hui contrainte de payer sur ses bons à 10 ans, pas plus du différentiel entre les obligations souveraines italiennes et allemandes à son plus haut historique… Comment la troisième économie européenne et septième mondiale parviendra-t-elle à re-financer ses 1’000 milliards d’Euros d’endettements ces cinq prochaines années reste en effet un mystère. Comme il est impossible de porter secours à une économie aussi importante, résignons-nous donc à accueillir la contagion fiscale.

Parallèlement, est-il décent de s’attarder sur la tragi-comédie américaine et sur ces déchirements de politiciens qui s’étripent avec pour seul enjeu de remonter le plafond de leur endettement de 14’300 à 16’700 milliards de dollars ? Posture politique, pression intense du Tea Party sur les Républicains, certes … mais, en cas d’échec de ces pourparlers, le Gouvernement US devra choisir entre ne pas payer les aides sociales de ses citoyens ou ne pas payer aux chinois les intérêts sur leurs placements en T-Bonds ! Eh oui : on en est là…Il est plus que probable que, en finalité, un arrangement de dernière minute sera trouvé comme il est vraisemblable qu’une solution aux déboires européens qui consisterait à faire payer les États en même temps que le contribuable avec une participation du secteur privé sera concoctée …

Même si leur endettement (dette publique US = dette fédérale + les dettes provinciales) est colossal, les USA bénéficient encore d’un statut a part qui les sauve d’une situation comparable a la Grèce. Mais pour combien de temps encore ?

2 réflexions sur “Obama et l’abyssal endettement public US

  1. Comme disait Napoleon: le jour ou la Chine se reveillera, le monde tremblera.. liberaux de tous les pays, unissez-vous !

  2. Napoléon était un excellent stratège au début de sa carrière militaire. Comme chef d’etat, il aurait pu mieux faire. Toute l’Europe s’est uni contre lui.

    La Chine va imposer son capitalisme et je ne suis pas mécontent que l’économie US va tres bientot rétrograder en 2e place vers 2016, point culminant d’un long séisme initie dans les années 80/90.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s