Ecole anglophone et francophone, aujourd’hui et il y a 40 ans

Fréquentation de l’école anglaise: La Cour d’appel suspend l’autorisation

La Cour d’appel suspend la décision de la Cour supérieure autorisant les enfants de neuf familles, francophones et allophones, à fréquenter une école anglophone dès la rentrée, lundi. Québec avait annoncé vendredi son intention de faire appel de la décision, rendue jeudi. Cette décision autorisait dix enfants à fréquenter quatre écoles secondaires anglophones privées et subventionnées. Or ces enfants ne détiennent pas une attestation d’admissibilité à l’enseignement en anglais, laquelle leur a d’ailleurs été refusée. Le juge Pierre J. Dalphond a ordonné la suspension immédiate du jugement de la Cour supérieure.

Il y a encore quelques années cet article et ces nombreuses réactions pro-québécoise ne m’auraient pas fait sourire. Ça s’inscrit bien dans une politique relativement récente (avec le marketing et l’immigration légale) depuis plus d’une dizaine d’année pour mettre en avant le québécois par rapport a l’anglais. Non je ne parle pas du français ni de langue de Molière car il est légèrement différent. Une assistance sociale répétait plusieurs fois « tu es fine » a ma fille pour lui signifier qu’elle est gentille. Excusez-moi mais un français de France ne comprendra pas ni un étranger qui a appris un français « international » épuré de l’argot et expression régionale.

Deux québécois d’origine étrangère (Italie et Belgique) qui sont allés a l’école dans les années 60 et 70 me racontaient que les écoles québécoises a Montréal était réservé dans la pratique au québécois « pure laine » (genre WHISP du Québec). Ils ne voulaient pas de ces étudiants la. Dans ces écoles publiques francophones, les jeunes québécois en grande majorité « pure laine » se moquaient des québécois d’origine étrangère comme les italiens ou les belges du coup une grosse partie de la communauté italienne est allé a l’école anglaise. Avec la faible natalité  des québécois  « pure laine » depuis 30 ans, le virage a 180 degré peut faire sourire aujourd’hui mais  en même temps il a fallu du courage politique pour les responsables qui ont entrepris  ce grand virage.  C’était + ou – obligatoire sous peine de disparaitre progressivement dans un siècle ou deux. Ils auraient mieux fait d’écouter comment les jeunes français et belges parlaient le français plutôt que leur québécois assez pittoresque qui les isole davantage.

En tous cas, la nouvelle génération de péquiste « pure laine’ est peut être sincère mais qu’en est il de ceux qui ont plus de 40 ans et qui ont connu cette discrimination. Je sais bien qu’ils avaient du ressentiment contre les québécois anglophones mais pourquoi ont ils exclu les québécois d’origine étrangère comme les italiens de l’école québécoise a cette époque ? Pour préserver la pureté de leur culture québécoise ? Et oui ils sont fiers de leur culture qui n’a rien de bien extraordinaire. Balzac, Pasteur, Poincaré, non ils ne sont pas québécois mais français.  Et Léonard De Vinci, pas davantage il est italien. Bon j’arrête  ici cette raclée qui est si facile mais il serait bon de leur rappeler de temps en temps. Celine Dion ? mais on s’en moque, qu’elle monte au ciel avec son mari bedonnant chauve et son idiote de mère. Bon débarras! :mrgreen: Vous l’aurez compris par ce raccourcit extrême que la culture québécoise je m’en moque. Le français, la culture française et italienne la oui je suis prêt a la défendre et a mieux la faire connaître car je l’estime et l’apprécie.

Autant je comprend le ressentiment des québécois indépendantistes qui maîtrisent mal l’anglais contre ce Canada anglophone qui leur a mis dans le passe (et moins aujourd’hui) des battons dans les roues autant je comprend mieux la communauté italienne qui boude quelque peu le vote Péquiste et ces écoles québécoises, alors que l’italien est une langue latine comme le français et donc le québécois.

En France, j’ai connu aussi ce racisme anti-italien dans une école parisienne et une société française assez publiquement raciste  avec son parti politique xénophobe (Front National). La société québécoise semble l’avoir été aussi dans le passé et ça le reste mais de façon plus léger, hypocrite et caché avec cette politique d’immigration légale et le développement du français. Toujours est il que j’ai apprécié d’obtenir au bout de seulement 3 ans de résidence ma nationalité canadienne mais au bout de 10 ans, on me traite parfois encore comme un immigrant franco-italien. C’est vrai aussi que je garde mon accent français. D’ailleurs ça m’ennuie un peu d’entendre ma fille utilisait certaines expressions québécoises et je la corrige. C’est pas français « flatter son lapin » on dit caresser son lapin ou encore « me faire chicaner » me faire gronder etc …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s