Entente France-Québec : la grande déception

Entente France-Québec : Des aspirants médecins mécontents

L’Association des Français de l’étranger (AFE) pourfend l’Arrangement de reconnaissance mutuelle (ARM) signé par l’Ordre des médecins français et le Collège des médecins du Québec le 27 novembre à Paris.

Elle soutient que cette entente, censée accroître la mobilité de la main-d’oeuvre de part et d’autre de l’Atlantique, révèle « une nette inégalité de traitement entre les médecins diplômés français et québécois ».

L’AFE, qui constitue une assemblée représentative des Français établis hors de France, impute cette situation au « corporatisme » dont ferait preuve le Collège des médecins. Selon l’AFE, un médecin québécois voulant exercer en pratique privée en France doit tout simplement déposer son dossier auprès du Conseil de l’Ordre du département français dans lequel il veut s’installer et se soumettre à quelques démarches administratives.

Le médecin français doit pour sa part se soumettre à un long et coûteux processus, soutient l’AFE. Il doit d’abord participer à une semaine d’observation (300 $), préalable à un stage d’évaluation de trois mois (12 000 $) dans un cadre universitaire ou réglementé. Il doit ensuite passer un examen. S’il réussit, il se verra délivrer un permis restrictif d’exercice d’un an dans un établissement public, au terme duquel il doit passer un autre examen. Il peut aussi recevoir un permis restrictif de cinq ans qui n’est pas assujetti à un examen.

« L’Ordre des médecins français a parfaitement joué le jeu de la transparence et de la réciprocité « permis sur permis » », affirme un conseiller élu de l’AFE, François Lubrina, dans un communiqué publié mercredi. « Ce n’est pas le cas du Collège des médecins du Québec qui, une fois encore, s’ingénie à compliquer l’accès aux diplômés français ». M. Lubrina souligne qu’il « regrette vivement ce corporatisme médical qui nuit à la mobilité professionnelle », mais précise qu’il demeure un ardent promoteur de l’entente France-Québec de reconnaissance mutuelle des qualifications professionnelles signée le 17 octobre 2008 à Québec.

La cardiologue Anne-Marie Jouan, par exemple, soutient que l’entente ne favorisera pas l’arrivée au Québec de médecins français. « C’est un accord de papier, sans impact réel, un plein succès pour la volonté corporatiste des instances médicales québécoises, une honte pour les signataires français. Quant aux patients québécois, ils ont encore quelques années devant eux pourtrouver un médecin de famille et faire la queue à l’urgence des heures d’affilée », dit-elle.

Entente France-Québec : Des aspirants médecins mécontents

J’avais mis un peu d’espoir dans cette entente pour résoudre en partie le déficit de médecins et spécialistes au Québec mais c’était sans compter avec le corporatisme stupide du Collège des médecins du Québec. De la bêtise pure oui vu la pénurie actuelle. Je comprendrai s’il y avait trop de médecins mais là ! Je m’interroge également sur la compétence des négociateurs français qui ont signé une entente si déséquilibrée. Espérons que cette difficulté sera rapidement aplatit.

Une réflexion sur “Entente France-Québec : la grande déception

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s