Afghanistan : election démocratique et guerre civile

Afghanistan : Les Afghans aux urnes

Les quelque 6000 bureaux de vote, ouverts de 7 h à 16 h, heure locale, sont protégés par 300 000 forces afghanes et étrangères qui ont été placées en alerte maximale face aux menaces d’attaques des talibans. Selon les autorités électorales, plus de 10 % des bureaux de votes pourraient restés fermés à cause de l’insécurité.

Les insurgés islamistes ont menacé de démembrer ou décapiter quiconque ira voter et d’attaquer les bureaux de vote, dénonçant une « imposture orchestrée par les États-Unis ». Ils ont d’ailleurs considérablement intensifié leurs attaques ces derniers jours, en particulier à Kaboul.

Mercredi, le président Hamid Karzaï a invité les Afghans à se présenter en masse aux urnes, malgré les plus récents attentats perpétrés par les insurgés dans le pays.

De son côté, le ministère afghan des Affaires étrangères a demandé aux journalistes de passer sous silence les actes violents qui se déroulent dans le pays, « au nom de l’intérêt national ». Les autorités craignent que ces informations n’aient un effet dissuasif sur les électeurs, mais les médias étrangers n’entendent pas respecter cette requête.

En outre, la légitimité du vote, dans ce pays dévasté par plus de 30 ans de guerre et aux traditions peu démocratiques, est déjà minée par des allégations de fraude massive.

Entre les menaces de se faire décapiter par les talibans pour les electeurs afghans qui ont voté avec leur index colorié et les allégations de fraude massive peut on encore parler d’une election démocratique valide dans ce contexte si particulier de guerre civile ?

L’organisation du scrutin représente un défi de taille, ne serait-ce que sur le plan logistique. À moins de 24 h du vote, 20 % du matériel électoral n’avait pas encore été livré, selon le chef de la commission électorale afghane.

En plus, 10% des bureaux seront fermés pour cause d’insécurité. Ca fait beaucoup et risque sérieusement d’entacher  le résultat de cette élection qui deviendrait un peu une mascarade davantage pour justifier l’intervention militaire US à son électorat et  les contribuables américains pour ceux que les arguments anti-Al Quaida et pétrolier ne sont pas suffisant.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s