Médecins et thérapeutes à 3 vitesses au Quebec

En France, j’ai expérimenté les bons médecins et thérapeutes qui participent activement avec votre corps a soigner la cause profonde de vos maux. Ils vous écoutent et sont souvent d’assez bon psychologues et communicateurs.  Pas nécessairement bavard mais efficace. J’ai bien sur aussi découvert les médecins et thérapeutes qui sont plus ou moins neutres. Ils ne guérissent au mieux que des symptômes superficiels et vous orientent vers des spécialistes après vous avoir fait un perdre un temps parfois précieux. Ils cherchent mais ne trouvent pas les causes et parfois vous démoralisent ou balancent des causes farfelues. De mes souvenirs, je n’avais pas pensé de créer une nouvelle catégorie ou vitesse.

Au Québec, j’ai clairement identifié la vitesse marche arrière : les médecins et thérapeutes qui vous blessent plus ou moins vite et gravement. A cause d’eux, votre mal s’aggrave.  Ça rappelle les médecins de Molière qui faisaient des purges jusqu’à faire mourir leurs patients d’épuisement. Vous croyez cette époque de la médecine révolue ? Que nenni, Molière doit juste moderniser un peu ses textes pour le Québec. Ces Médecins et thérapeutes ne parlent pas le latin mais le québécois ou l’anglais.  Ils vous écoutent à peine et vous auscultent pas ou très sommairement. Ils sont soient jeune et assez inexpérimenté, soient fatigués et stressés. Ils sont là pour maintenir les malades en mauvaise santé et à garder les salles d’attentes pleines de clients … pardon patients. En plus d’engorger le système, ces mauvais médecins baissent la productivité d’une partie de la population active et laborieuse, réduisant ainsi les recettes fiscales de l’état provincial qui dépense environ la moitié de ses recettes dans le secteur de la santé. De vache à lait, le contribuable peut devenir assisté social pour un handicap plus ou moins lourd issus +/- directement des mauvais traitements médicaux. Il sérait interessant d’évaluer statistiquement et financièrement les dégâts pour la société.

Solution ?

Pour les médecins du privé, il faut espérer que l’abondance arrivera dans quelques années et que la concurrence mettra en faillite les mauvais avec l’aide des amis et pharmaciens qui d’après les feedback qu’ils entendront vous déconseilleront tel ou tel médecin omnipraticien, médecins spécialistes ou thérapeute manuel (physiothérapeute =kiné etc…).

Pour les médecins du public, il faut établir un bilan de résultat.

  • En dessous de 90% de succès, une formation de remise à niveau du médecin plus ou moins longue suivant son taux d’efficacité compte tenu des connaissances médicales actuelles. On doit bien sur exclure les maladies incurables.
  • En dessous de 65% de succès, le professionnel perd son diplôme comme on retire le permis de conduire à un chauffard qui risque de faire d’autres victimes. On peut leur proposer un poste de préposé dans un hôpital avec le salaire associé pour pousser les brancards.
  • En dessous de 50%, le professionnel paye en plus une amende voire dans certains cas une peine de prison pour dommages corporels involontaires (ou volontaires = arnaques) qui peut être effectuer comme travaux communautaires.

Je diminuerai aussi par deux les effectifs des gardiens de sécurité et secretaires dans les hôpitaux pour affecter les fonds pour les infirmières et médecins. Quel médecins ? Les médecins immigrants qui n’ont pas vu leur diplôme reconnu au Québec. Imaginez qu’un bon médecin français ne peut pas encore pratiquer alors qu’un mauvais médecins le peut s’il est diplomé dans une université québécoise.

Nombre de médecins par 1000 habitants au Québec (2006)

Nombre de médecins par 1000 habitants au QuébecMédecins (par 1000 habitants) France

Le taux actuel de medecins au Québec represente environ le taux de 1982-83 en France. J’ai pas le souvenir de longue attente quand j’étais adolescent à Paris et de docteurs qui vous expédient en 5 min sans vous ausculter. J’avais un rendez-vous sous 48h et un médecin qui pouvait se déplacer à la maison si nécessaire. Probablement qu’en 1984, un nouveau de groupe de soignant a été pris en compte vu l’augmentation significative dans le graphe. Maintenant il faut préciser que la capitale Paris comme Montréal, a un taux supérieur de médecins par rapport aux autres régions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s