De la peur des tremblement de terre, des crises financières et du chômage

Aujourd’hui mardi 7 avril, je vais me livrer à un exercice délicat de synthèse et recul extrême (survol tel un aigle) autour des crises et catastrophes. Depuis quelques jours j’envisageais de commenter et publier un large extrait d’un article très intéressant de Michel Santi. Entre temps, dimanche il y a eu un terrible tremblement terre en Italie, dans L’Aquila, qui a été assez meurtrié (environ 200 morts en date d’aujourd’hui) et a terrorisé ou choqué les survivants. Plusieurs sites historiques se sont effondrés. Ce qui est étonnant c’est que dans une région connue pour ses secousses sismiques, l’hôpital ne semble pas avoir été bâtit en conséquence avec des normes de construction anti-sismique.

G 20 : Le Déclin de l’Occident par Michel Santi

si ce sommet de Londres a incontestablement été à somme nulle pour l’Occident, il a néanmoins écrit la dernière scène d’une pièce où le personnage principal est désormais la Chine flanquée de l’Inde, du Brésil et de la Russie. Symbolisme cru d’un glissement de pouvoir où les membres du club hier très fermé des 7 sont rattrapés par la réalité. A l’image du premier conflit mondial qui a achevé de consacrer la prédominance Américaine sur le Vieux Continent, cette crise aura, pour un Occident coupable de l’avoir provoquée, des conséquences similaires à une Troisième Guerre Mondiale!

Les Etats-Unis sont toujours aujourd’hui la première économie mondiale tout comme l’Allemagne en est le premier exportateur, l’Union Européenne étant quant à elle et encore pour le moment le premier bloc en terme de flux commerciaux. Pour autant, cette crise ayant démarré en 2007 et qui affecte beaucoup plus sérieusement les pays développés que les nations dites émergentes n’a fait qu’accélérer ce processus de transfert de pouvoir et de richesses d’un bloc à l’autre. Les pays Occidentaux et ceux du BRIC et de leurs satellites ayant connu un développement équivalent lors de la décennie dernière, le bloc des pays émergents a distancé les pays développés voilà quelques années sachant que l’année 2009 présidera à une domination sans partage des uns aux dépens des autres…Et pour cause puisque, selon toutes les prévisions, le bloc du BRIC connaîtra toujours la croissance en 2009 tandis que les économies Occidentales, elles, se contracteront.

De fait, la Chine, sur le point de devenir en 2009 le premier exportateur mondial, dispose d’une économie dont la taille est plus importante que l’économie Allemande depuis 2008 et dépassera très certainement l’économie Japonaise cette année, atteignant ainsi le deuxième rang mondial! Quant à l’économie Brésilienne, elle dépassera en 2010 l’économie Canadienne sachant qu’en 2020 – soit dans moins de onze ans -, l’économie Indienne occupera le troisième rang devant le Japon et juste après les Etats-Unis qui seront rétrogradés au second rang derrière la Chine.

Si les conséquences sont incalculables, les retombées sont déjà spectaculaires : Les trois premières banques au monde en terme de capitalisation ne sont-elles pas d’ores et déjà Chinoises, les autorisant ainsi, si elles le souhaitent, à reprendre dès aujourd’hui les institutions financières Occidentales les plus influentes? Ces établissements Chinois, ayant déjà largement dépassé le stade du « Too Big to Fail  » pèsent en fait déjà sur nos politiques monétaires. Par ailleurs, ces mêmes capitaux Chinois, qui prendront dans un proche avenir des participations importantes dans des fleurons de l’économie et de l’industrie Américaines et Européennes, exerceront à l’évidence une influence considérable sur la gouvernance et les stratégies de ces entreprises.

Et pourquoi pas du reste au vu de notre gouvernance catastrophique, de nos mauvais choix, de nos négligences et de notre gourmandise effrénée…? Sans même évoquer notre arrogance qui nous menait à critiquer le Brésil pour son incompétente en matière monétaire et fiscale, la Russie et l’Inde pour leur corruption et leur inefficacité ou la Chine pour ses performances écologiques et ses valeurs humanitaires déficientes? Reconnaissons que ces nations ont aujourd’hui le triomphe modeste, un Président Lula se bornant à stigmatiser ironiquement nos « banquiers aux yeux bleus ». Qui n’a pas remarqué du reste l’attitude ostensiblement déférente d’un Obama vis-à-vis de son alter ego Chinois lors de ce dernier G 20? Les Etats-Unis et leur propension à l’hyper consommation ne doivent-ils pas leur salut à l’épargne industrieuse de l’Asie? Une certitude : le monde d’après la crise sera différent et il conviendra de jeter aux oubliettes ou de mettre au musée notre propension au risque et notre goût des profits substantiels. A l’avenir, le levier sera découragé, le crédit régulé, la consommation canalisée, la croissance molle et l’épargne en sera la grande bénéficiaire.

Un point de vue très intéressant qui semble bien coller à la réalité de ce que j’en connait à travers mes lectures. Nous assistons à un basculement, un effondrement occidental avec les dégâts collatéraux aussi bien le chômage que l’endettement des finances publiques. Je ne sais pas si la gouvernance a été si catastrophique que cela en excluant la gouvernance de Bush Junior. Est ce de la gourmandise effrénée que de vouloir un toit pour sa famille ? Est ce si irresponsable d’acheter une maison au prix du marché même si celui est gonflé ? Je pense que certains comportements ont accéléré le mouvement mais rien de plus. N’oublions pas ce qu’était la Chine avant l’ère communiste. Un petit rappel historique au niveau économique et scientifique s’impose peut être à plusieurs occidentaux qui ont appris l’histoire d’une certaine manière avec l’Europe au milieu. La Chine s’appelle aussi l’empire du milieu et nous allons rédécouvrir la portée de ce surnom. Il faut tirer des enseignements des erreurs passées mais sans auto-flagellation d’origine chrétienne contre les péchés de la gourmandise.

Martin Lessard nous parle des journalistes et journaux papiers face aux tremblement de terre dans leur profession avec la baisse des revenus publicitaires et l’arrivée du Web avec les sites d’informations gratuits et autre blogs. J’ai lu un temps ces réactions mais ça m’amuse plus les amalgames divers et variés induits par des intérêts ou un raisonnement médiocre qui d’ailleurs me dissuade de lire plusieurs journalistes professionnels. Je ne lis plus ces interventions sur ce thème excepté les retours de blogueur comme Martin Lessard. Leur réaction épidermique et corporatiste est compréhensible d’autant qu’ils doivent défendre leur gagne-pain. Être juge et partie est une situation bien délicate. Je pense que les lecteurs de ces journaux ne seront pas complètement dupe des tours de passe passe et retiendront les arguments pertinents.

Les nouvelles sont eternelles

Source du mal
Internet a engendré la crise des médias: c’est faux, c’est un mythe urbain, a déjà écrit Fraser ( via Mario Asselin). Quel est la source des problèmes causé à cette industrie? Ça, ça demande un peu plus qu’un coup de gueule, effectivement. Jeff Mignon, stratège média, écrivait récemment sur mon blog:

  1. La cause des problèmes? Baisse de la diffusion, baisse des revenus pub. Ces tendances qui ont quarante ans. Internet n’a qu’accéléré le phénomène.
  2. Bien des journaux sont en bonne santé. Une minorité souffre. Mais une majorité reste encore très rentable.
  3. Le métier des journaux n’est pas seulement de diffuser de l’information, mais aussi de la pub. En particulier en Amérique du Nord, des journaux ont d’abord été créés pour diffuser de la pub.
  4. Si le modèle d’affaires pub en prend un coup, ce n’est pas parce que le modèle (faire payer les annonceurs) est mauvais, c’est parce que la rareté de l’espace publicitaire vol en éclat avec le numérique.
  5. Ils n’ont plus, non plus, le monopole de l’audience locale.
  6. Jeff propose le meilleur suivi professionnel et financier de la situation en ce moment sur son site (en anglais).

Origine d’une mésentente
Je crois que les journalistes possèdent une mauvaise opinion du web participatif pour la simple et bonne raison que toute tentative de « conversation » (quand il y en an une) tourne souvent au drame : leur blogue se trouve souvent assaillis par un essaim de commentateurs qui jactent de la façon la moins pertinente qui soit au point de ressembler à un forum de trolls et de brûlots…  Par leur popularité et le pouvoir qui leur ai conféré par leur notoriété, les journalistes attirent certains frustrés/jaloux de leur audience, et certains débiles qui pensent que réfléchir consiste à aligner deux trois phrases à chaud…  Ils ne connaîtront jamais le démarrage dans les réseaux sociaux sous le couvert de l’anonymat et la joie de rejoindre sainement une audience que grâce à la qualité de leur contenu.

Oui c’est probablement une partie de l’explication. Je pense qu’il y aura encore très longtemps (pour ne pas dire éternellement vu que la terre n’est pas éternelle) des stars de cinéma et star de l’information. C’est dans la nature grégaire d’une grande majorité d’humains. L’élite n’est pas toujours excellente, il n’y a qu’a penser en politique à Bush Junior, Pauline Marois ou James Charest et on pourrait l’étendre à d’autres sphères que la politique. D’ailleurs ca semble une constance dans le débat intellectuel que l’élite intellectuelle en place soit bousculée à tord ou à raison par des nouveaux venus.  A tord parfois, car les nouveaux venus ne sont pas toujours plus compétent mais souvent plus adapté au contexte.
La forme que va prendre cette information de masse que ce soit papier ou support électronique avec une rémunération directe ou indirecte (publicité) m’importe guère. Je regarde cela en philosophe amateur et tout ces débats seront probablement oublié d’ici 20 ans excepté par les rats d’archives et autres historiens. Parmi ceux qui bénéficient du vieux système, plusieurs craignent de perdre leur privilège financier et leur notoriété. Leur portefeuille et égo de Diva sont mis à mal dans ce secteur de la communication et des média de masse. Connaissant toutes ces motivations et l’argumentaire, j’ai plus vraiment envie de me plonger dans ces discussions stériles et +/- biaisées. Je sais que je pourrais facilement en écraser plusieurs tels des fourmis qui s’agitent en tout sens sans aucune logique et raisonnement rationnel mais j’ai passé l’âge de ces jeux de massacre. Et puis les fourmis sont innombrables, c’est inutile d’en écraser 100 ou 1000. 😆 Reste que j’essaye de donner un bon exemple de raisonnement pour tenter de remercier le travail de ceux qui m’ont aidé indirectement par leur écrit dans ce sens et prolonger le relai à d’autres et ainsi de suite pour que l’excellence demeure même si elle demeure assez minoritaire. Je suis bien conscient que j’ai pas encore livré grand chose d’excellent. J’ai consacré trop de temps à commenter des propos pas toujours tres intéressants et y relever les erreurs dont les auteurs me répondent assez souvent par un agacement. Je pense que c’est une étape assez normale de critiquer avant de passer à la réalisation. Il y a bien sur certains caractères qui vont directement à l’écriture en ignorant le reste pour afficher sa personne. Si ce que lisais était suffisamment intéressant et j’y trouvais mon interprétation des choses, je ne passerai probablement pas autant de temps à écrire car je n’ai pas ce caractère de Diva.  Ça m’amuse d’ailleurs toutes ces Diva qui parlent et n’ont parfois rien d’intéressant à dire ou disent carrément des bêtises le plus sérieusement du monde avec l’aval et l’accord de la majorité. J’apprends à en rire plutôt que de m’agacer.

Pour finir sur une note positive, je vous indique une chronique d’un journaliste sénior de Radio Canada que j’apprecie et qui a plusieurs commentaires interessants de québécois. Êtes-vous fier de votre premier ministre? (au fédèral) par Daniel Lessard

Publicités

2 commentaires sur “De la peur des tremblement de terre, des crises financières et du chômage

  1. Ouf. Il ne manque qu’un tsunami ;-0

    « Les nouveaux venus ne sont pas toujours plus compétents, mais souvent plus adaptés au contexte. »

    Je ne peux qu’être d’accord. Darwinisme social, en quelque sorte. Si on revenait à l’âge de pierre, ce ne serait pas les mêmes qui domineraient…

    Il ne faut pas trop en vouloir aux « fourmis ». L’industrie de blabla est en lien direct avec les histoires autour des feux de camps au début de l’humanité. On se racontera des histoires encore très longtemps. Certaines sont sérieuses, d’autres sont légères…

    Le spectacle du monde fascine. J’avais commis un billet sur le sujet http://zeroseconde.blogspot.com/2005/09/le-spectacle-du-monde.html suite à la lecture d’un livre de Patrick Wilson, un académicien aujourd’hui décédé. Ça m’a permis de devenir serein à ce propos.

  2. Merci Martin pour ce commentaire interessant.

    Oui, le spectacle du monde est fascinant. J’ai lu ton article. C’est toujours délicat d’aborder des thèmes aussi large et aussi vite. Je pense avoir compris les idées sous-jacente sans avoir lu le livre qui a inspiré ta reflexion et incité à écrire cet article. Je t’encourage à preciser davantage les choses pour éviter le piège des significations multiples d’un mot autant pour son propre raisonnement qui se bâtit avec des mots que pour bien se faire comprendre de ses lecteurs. En résumé, construit moins vite et plus solide pour éviter l’effondrement.

    Le classement binaire “sérieux” “léger” ne me satisfait plus et j’ai besoin d’ajouter un autre axe comme exact-faux ou profond-superficiel pour avoir 4 combinaisons possibles. En ayant vu récemment la comédie dramatique “Paris”, je dirais qu’on peut prendre un ton sérieux (drame) pour décrire des choses profondes ou superficielles et dire des choses exactes ou fausses. On peut avoir un ton léger (comédie) et décrire des choses superficielles ou profondes.

    La vie peut être perçu comme un jeu mais je n’ai plus vraiment cette cette vision là. Est ce que les fourmis jouent (ou perçoivent leur vie comme un jeu) ? Peut être mais ça n’a au fond plus beaucoup d’importance pour moi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s