La faune du Web

Quand je suis arrivé au Québec il y a 10 ans, je n’avais aucun contact et ni travail. J’étais isolé et je cherchais à faire des contacts amicaux. Étant informaticien et surfeur web très expérimenté, je me suis assez naturellement inscrit sur ICQ pour rencontrer des gens sympathiques à Montréal et plus particulièrement une fille gentille, intelligente, jolie de préférence et plus si affinités comme on dit. A l’époque, j’avais remarqué que le ratio d’homme inscrit était plus élevé et les femmes étaient soient assez jeune soient passée la quarantaine, marié ou divorcée avec ou sans enfant. Après quelques rencontres, j’ai eu l’impression que la concentration de filles moches ou divorcés étaient plus élevés sur ICQ que celles qu’on croise dans la rue. J’ai pu constater la différence entre une photo prise jeune et svelte avec le modèle récent. J’ai déjeuné aussi avec une fille gentille et rieuse mais si moche que j’ai failli partir en courant en l’apercevant.

Par la suite j’ai fréquenté pour d’autres motivations des forums et blog suivant mes centres d’intérêts. A chaque fois, j’avais l’impression que les gens étaient un peu plus compliqués, moins sympathique que dans mon environnement immédiat présent et passé. Au cours de notre vie réelle, nous avons développé notre sens visuel et auditif qui nous donne des informations précieuses sur notre interlocuteur. Sur le Web (à part skype avec webcam) ces informations nous manquent et nous pouvons nous tromper sur les propos et le caractère d’une personne plus facilement qu’en face à face. Tout cela nous fait perdre du temps avec des gens que nous n’aborderions pas en face à face avec ces considérations visuelles et auditives. Parfois aussi ces rencontres imprévues sont enrichissantes mais le plus souvent je les trouve décevantes et chronophage en temps et énergie. Ça vient aussi de mon caractère assez social et ouvert. J’apprends à être plus sélectif avec l’expérience et mieux filtrer avec le temps mes contacts potentiellement amicaux que ce soit sur l’internet ou ailleurs. La vie est relativement courte et une journée ne contient que 24h.

Bref, j’en ai un peu marre de tous ces gens idiots, vaniteux, égocentrique, sans humour, ennuyant, snobs, « intello » etc… que je croise sur le net. J’ai parfois l’impression que la concentration web de ces personnalités est encore plus élevée  que dans mes rencontres « réelles » actuelles et passées. Enfin ça nous apprend à les gérer et vivre avec nos déceptions. Il me semble que j’apprend à mieux tester une personne suceptible de devenir un(e)  ami(e). Comme dans les affaires, mieux vaux rater une bonne affaire que de faire de mauvaises affaires/rencontres et se faire escroquer de son temps et sa bonne humeur.

J’en ai aussi ras le bol de la lenteur d’affichage et des publicités de Facebook. Je viens d’y retirer mes flux RSS de mes deux blogs. Les gens peuvent s’abonner directement sur mon blog s’ils sont intéressés.

Est ce que je deviendrais progressivement misanthrope ?

Je réalise bien que j’en ai certaines apparences mais ce ne sont que des apparences je vous rassure.  Je suis surtout un épicurien qui aime plaisanter et profiter des plaisirs de la vie en évitant autant que possible les désagréments et les cons. 😀

Publicités

13 commentaires sur “La faune du Web

  1. Que j’ai ri en vous lisant !
    … parce que je me suis dit la même chose après des mois de « discussions » sur le net !
    C’est tout à fait vrai : on n’irait pas forcément au devant de certaines personnes à cause de leur physique et la déception est parfois grande quand on passe derrière l’écran.
    Mais n’y a t-il pas une grande part de fantasmes aussi ?

  2. 🙂

    Oui c’est clair dans les rapports de séduction et nous imaginons l’information qui manque (visuelle et auditive) comme avec un personnage de roman. Nous embellissons le portrait et nous avons tendance à embellir le notre avec un propos avantageux ou photoshop.

    Maintenant dans un simple échange d’idées, on peut mieux se concentrer sur le propos et être moins distrait par l’apparence physique, l’élocution, les gestes de l’interlocuteur. Ceci dit il vaut mieux je trouve rencontrer la personne pour mieux interpréter et décrypter ensuite ses messages textuels et réactions +/- émotionnelles. Une video suffit parfois.

  3. Je crois surtout que nous attachons beaucoup d’importance à l’aspect extérieur.
    Mon expérience m’a appris qu’on pouvait ne plus voir les défauts physiques dès lors qu’on aime. Et j’entends « aimer » au sens large.
    (et n’oublions pas : « On ne voit bien qu’avec le coeur …  »

    La rencontre est effectivement importante et même essentielle pour prolonger une relation je pense. Mais j’ai appris aussi à avoir des liens très forts avec des gens que je n’ai jamais vus.

    Rien n’est figé. Il me semble que cela dépend de ce que l’on attend des autres.
    Evidemment, compte tenu du contexte que vous décrivez, il était important de passer à la phase rencontre, sinon, l’intérêt virtuel se fatiguait rapidement.

    Je suis « bavarde » sur le sujet car j’ai connu de tout via Internet. Du bon comme du mauvais ! Et je constate que je ne suis pas la seule 😉

  4. il y a plusieurs situation emotionnelle qui peuvent alterer notre jugement comme la flaterie (ego), la colère ou l’amour.

    C’est vrai qu’avec le contact visuel et auditif, le discours passe un peu dérriere le message issu de l’expression physique et du ton de l’orateur. Un bébé ne va interpreter et comprendre que l’expression du visage et le ton.

    J’ai abordé rapidement 2 genres de contexte que je sépare un peu arbitrairement pour simplifier mon propos.
    a) amoureux / forte amitié (« aimer » au sens large)
    b) echange d’idées / contacts

    Dans les échanges d’idées, le langage du corps et le ton nous donne un éclairage pour mieux interpreter le propos de notre interlocuteur que juste un texte. Est il ironique, sincère, hyprocrite, agacé, distrait, ennuyé etc ? On peut le découvrir avec du texte mais c’est un peu plus laborieux et moins rapide.

    Sur le net, on peut acceder à des endroits plus ou moins publics comme un bar ou des endroits plus privés comme un club de golf réservé seulement aux membres. Dans la rue, on évite certains endroits mal fréquenté et dans le net il faut apprendre a bien choisir ses forums, blogs, reseaux sociaux etc …

    Avec plus de 10 ans de discussions sur l’internet, je suis passé par plusieurs haut et bas mais j’y reviens pour les bonnes expériences.

  5. J’ai connu aussi de vrais artistes dans l’art du mensonge et de visu encore où rien sur leur visage ou comportement ne laissait deviner qu’ils mentaient.
    Sur le net, on finit par connaitre les gens même si on ne les voit pas. Parce que mentir sur la longueur, c’est parfois difficile.
    Je crois qu’on peut tout aussi bien se faire « piéger » par des tons ironiques.

    La difficulté, à mon avis, vient surtout du manque de spontanéité qu’il y a via le net (sites de discussions ou même échanges commentaires comme ici).
    (c’était le côté négatif)

    L’image des endroits infréquentables est très juste.
    Parfois, cependant, on peut aussi avoir des visiteurs infréquentables !
    (bon, c’était aussi le côté négatif, zut !)

    Allez, le côté positif étant aussi qu’on peut faire des merveilles de rencontres.

  6. Oui, il y a les « stone face » qui peuvent faire de bons joueurs de poker comme Bill Gates.

    Le manque de spontaneité me gène bcp moins que le manque de la vision et l’audition.

    Sinon notre discussion me rappelle une video humoristique sur Facebook avec une transposition de Facebook dans notre vie « physique » ou « réelle ».

  7. 😀 ça calme !
    Un français a vu sa vie étalée sur le net par un « journaliste » qui a retrouvé des tranches de sa vie un peu partout. Il a pu retracer et sa vie professionnelle et sa vie privée…

    Je voudrais illustrer ma pensée sur la spontanéité : si je discute en direct sur MSN par exemple, je peux prendre le temps pour réfléchir à la réponse que je vais donner et y mettre « les formes » alors qu’en direct, j’aurai bien sûr moins de temps et mon interlocuteur sentira mon hésitation.

    Je crois que l’on peut aussi tricher largement en face en face, soit par lâcheté, soit par diplomatie. Et l’expression du visage ou le ton s’adaptera au discours que l’on tient. (oui, les « stone face »… )

  8. Oui bien sur la personne peut mentir ou se tromper mais je suis capable avec mon expérience de le détecter +/- et avec les messages supplémentaires du corps et du ton de l’interlocuteur c’est généralement plus rapide et « facile ». Plus jeune j’avais moins cette expertise là et j’en donnais moins à mes interlocuteurs auxquels je pouvais mentir sans penser un instant qu’il pourrait réussir à le detecter. Parfois les gens se connaissent mal et « mentent » sur eux en étant sincère. Dans ce cas c’est plus une erreur qu’un mensonge. Avec l’écrit ça me prend en général plus de temps.

    il y a aussi la « spontanéité » forcée au tél. pour éliminer un silence génant. J’apprécie justement ce différé avec une discussion web ou ‘chat’ pour améliorer mon propos en vue de l’appliquer ensuite dans une conversation en temps réel. Au début, je me suis pratiqué sur les forums pour utiliser et expérimenter les techniques de communication. Les gens se lachent plus facilement sur le net quand ils sont irrités avec leur anonymat et sans les contraintes de la société (statut social, bienséance etc…). Il y a plus d’agressivité et d’incompréhension en général sur les échanges écrits du web il me semble.

    Vous avez raison on ne percoit plus vraiment l’hésitation mais en contre partie on se rend compte d’une personne qui est capable de maitriser ses émotions apparentes (écrites) avec un léger différé.

  9. Je crois que l’on est parti pour écrire un bouquin à deux tant nos perceptions sont différentes !
    Et c’est bien dommage que je ne sois pas de Montréal, sinon, j’aurais avec beaucoup d’amusement testé l’expert 😉

    Blague à part, je crois surtout que ça dépend de l’autre. Devant ou derrière son écran, soit on est sincère, entier, soit on ne l’est pas … mais différents d’un côté ou de l’autre, en profondeur, j’en doute.

    J’ai remarqué aussi la facilité avec laquelle les gens s’agressaient sous couvert de l’anonymat. Je doute qu’ils soient très aimables de nature mais ça permet bien des choses, ça oui !

  10. « L’expert » vous êtes bien gentille. 🙂

    Si vous avez Skype et une webcam, vous clicquez sur l’image « call me » en dessous de mon avatar en haut dans la colonne de gauche, et la magie de la visioconférence IP nous affranchira de l’océan atlantique entre Paris et Montréal. Reste que la poignée de main ou la bise demeure impossible mais je ne désespere pas avec la technologie. 😉

    Je ne suis pas souvent branché sur Skype mais je l’utilise pour contacter des amis en France, Italie, Mexique …

  11. La web, ça devrait pouvoir se retrouver, Skype, connais point 😳 (je devine qu’on peut discuter de vive voix .. ?)

  12. http://www.skype.fr
    Avec une webCam et un microphone intégré, nous pouvons discuter par téléphonie IP et nous voir. Ce qu’on appelle une visio-conférence IP. L’essayer c’est l’adopter. L’avantage pour les bavard(e)s, on a plus le combiné tél qui rechauffe notre oreille, ni les micro-ondes RF d’un cellulaire réchauffer notre cerveau. Tres pratique. Presque indispensable !

  13. Je note, je mets de côté et j’expérimenterai sans doute un jour (curieuse comme je le suis !). Merci.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s