Urgence en santé : 3 mois d’attente !

Non ce n’est pas une plaisanterie malgré mon sourire.
Ça correspond au délai d’attente pour l’Institut de physiatrie et pour l’Institut de réadaptation de Montréal. La demande doit être envoyée par fax avec la prescription médicale. Si le médecin qui lit juste le commentaire ne considère pas que ce soit une urgence, le délai passe à un an ou plus. Dans mon cas considéré “pas urgent” la prescription venait d’un médecin d’un service d’urgence de l’hôpital de Verdun.

La secrétaire m’explique qu’ils reçoivent une centaine de fax par jour et qu’il faut plusieurs jours pour y répondre. Elle m’indique que la consultation est prise en charge (d’ou le temps d’attente) mais pas les traitements qui peuvent consister en une infiltration réalisée dans le mois qui suit. Apres mes questions sur les délais, elle ajoute que je peux m’adresser à une clinique privée mais elle n’en connait aucune.

Après toutes ces informations prises, je la rassure sur mon cas. Je vais beaucoup mieux et c’est juste pour faire un suivi. A Paris, j’ai consulté dés mon arrivé un physiatre réputé (professeur), réalisé mes 2 IRM en 10 jours et revu le médecin après 3 jours. Elle me parle du Québec et des longs délais d’attente. D’après les informations que j’ai lues, ca ne semble être mieux dans les autres provinces.

Comment un pays comme le Canada qui fait parti du G7, peut il y avoir pour une Urgence de santé des délais aussi longs ?

Quand début 2003, Jean Charest annonçait que dans les heures qui suivrait son élection, il y aurait du changement dans les délais d’attente aux urgences, je ne le croyais pas un instant mais je ne me doutais pas que 5 ans plus tard, soit 44000 heures, on en serait arrivé (ou resté ?) là !

Pendant ce temps, des immigrants au Québec avec un diplôme étranger de médecine doivent refaire entièrement ou presque leurs études pour pouvoir pratiquer leur métier.

Publicités

3 commentaires sur “Urgence en santé : 3 mois d’attente !

  1. > Si on cessait de payer les médicaments à Big Pharma deux ou trois fois le prix nécessaire, peut-être nous resterait-il un peu d’argent pour engager plus de docteurs et d’infirmières, en plus de leur donner un meilleur salaire.

    Ou sont ils ces médecins supplémentaires disponibles ?
    C’est une génération spontanée ou faut il 5 ans et plus pour les “fabriquer” ?

    Le salaire des médecins est déjà assez élevé au Québec et Canada et de l’argent, les hôpitaux en ont pour payer des agents de sécurité en nombre !
    Le salaire des infirmière au Québec est relativement bas comme en France là ou il n’y a pas cette pénurie. Le problème a été de limiter les places d’étudiants en médecine et ne pas donner les équivalences aux médecins étrangers immigrants.

    Quand en 1998 j’ai fait ma demande de Visa permanent au consulat du Québec à Paris, il y avait une liste de profession qui n’était pas recherché : tout le secteur médical et paramédical. A l’époque je m’étais dit, il doit y avoir un trop plein de médecin et infirmière pour les refuser. Que nenni, c’est une pénurie entretenu qu’il y avait et qui continu !

  2. A François Marginean

    Je suis d’accord que les avantages fiscaux accordés à l’industrie pharmaceutique et le prix des médicaments semble un cadeau au dessus de nos moyens compte tenu de notre contexte budgétaire publique.

    Mais le problème ne se résume pas à l’argent même si c’est au départ la limite budgétaire provinciale qui a induit le gouvernement de l’époque a coupé dans les effectifs avec des mises à la retraite d’infirmières et une baisse des places disponibles pour les études de médecine. Le ratio par habitant entre le prix payé (impôts) et les soins/délais offerts est médiocre au Canada par rapport aux autres pays européens d’après une étude.

    ECHCI 2008 Full Report final (pdf)

    il y a un problème de gestion et d’efficacité de l’argent dépensé en plus de la gestion des ressources humaines médicales.

    > les heures de travail sont infernales et drainent nos professionnels de la santé, ce qui est vraiment malsain.

    Oui stressant pour le personnel médical et malsain pour les patients qui n’ont pas toujours toute l’attention nécessaire.

    > Et pour régler cela, on nous propose ces stupides PPP, privatiser le secteur !

    Je ne sais pas si c’est stupide si c’est bien encadré pour les prix des prestations.
    Il faudrait pas qu’on ait les prix des dentistes du Québec qui reviennent environ au double de la France.

  3. Toujours les mêmes articles qui sont référé pas Google et toujours les mêmes qui sont ignores. C’est vrai que la tache est colossale avec cette humanité très bavarde. Mais quand on cherche une information qui existe on trouve trop souvent des réponses +- hors sujet mais bien référés par Google. Misère …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s